Chapitre: Eglise et Cure de St Maurice
Troupes, Campemens des Romains et des Anglois, Monumens anciens

par l'abbé Beaupère curé de Saint-Sauveur de Bonneval au XVIIIe siècle

Accueil 
Qui sommes-nous.? 
Actualités 
Documents 
Liens 
Contact 
 

Voici le douzième fascicule transcrit du manuscrit de l’abbé Beaupère intitulé « Histoire de la ville de Bonneval et de son abbaye».
Le chapitre Eglise et Cure de St Maurice commence à la page 364, jusqu'à la page 369, le chapitre des Troupes, Campemens des Romains et des Anglois, Monumens anciens, commence à la page 369, jusqu’à la page 393 du manuscrit.
Le 15 Juin 1823, Mr Lejeune écrivait une sorte de préface au manuscrit, intitulée «sur l’auteur de cette histoire», où il nous livre quelques traits de caractère de l’auteur «e Beaupère avait de l'instruction, l'esprit caustique et mordant», à vrai dire, peu de chose, né à Bonneval le 28 avril 1771, Mr Honoré Félix-André Lejeune, n'a connu le curé Beaupère que par ouï dire.
  En plusieurs, circonstances, au cours du récit d’anecdotes, de faits divers, le curé Beaupère nous livre quelques éléments de son caractère. Nous en rapportons ici deux exemples.
Aventure arrivée à l’auteur envers trois cavaliers de la compagnie du Régiment de Stanislas en 1726. ( Beaupère a 17 ans)
Le 5e 9bre 1726, je me vis à la veille de faire le coup avec trois cavaliers de cette compagnie. J'etois allé à la chasse avec deux des fils de Mr Le Gros receveur de l'Abbaye, que nous joignimes au bois de Richievre, ou il chassoit lui-même avec quelques uns de ses amis, et ses deux gardes, dans le moment ou j'arrivai avec lui, ses chiens se firent une lièvre, qui étoit dans ce bois, le chien de ses cavaliers qui chassoient près de nous, le fit rabattre dans le bois, un levrier le prit, celui qui lui arracha de la geule, me le donna à tenir, les cris qu'il faisoit pendant que je le tenoit attira le chien qu'avoient ses cavaliers. Mr Le Gros le fit arrêter par un de ses gardes; les cavaliers arrivèrent dans le même instant, qui croiant que c'etoit ce chien, qui l'avoit pris voulurent me l'arracher des mains; Mr Le Gros parut et un autre chasseur, on se monte de parole de part et d'autre; les cavaliers armoient déjà leurs fusils, et je vis le moment qu'on alloit se fusiller; mais nos autres chasseurs qui avoient entendu la dispute parurent a propos et en imposèrent aux cavaliers, qui capitulèrent pour leurs chien, et se retirèrent peu contents. Mais je l'etoit beaucoup; car comme j'avois envie d'embrasser l'état ecclésiastique, j'abhorrois déjà le sang, dont l'effusion auroit dérangé ma vocation, quand bien même je n'auroit pas péri dans le combat.
Mort de Mr De Saxe, en 1751.
  Je rapporte cette époque de la mort de ce prince étranger, parce qu’elle pensa occasionner icy une affaire sanguinaire; des qu’il y eut rendu les derniers, on fit deloger son régiment de Chambort; il y avoit une compagnie entière de nègres, qui en partit la première, pour être dispersée dans différent régiments pour en faire des timbaliers, des trompettes, ou des tambours. Parmy ces nègres il y en avoit beaucoup, qui étoient malades, et quand menoit des voitures de logement en logement; quand ils allèrent de Chateaudun à Illiers, on fut obligé de les passer par icy à cause des mauvais chemins; lors qu’ils entrent dans la ville, un enfant se mit à crier voila une charretée de diables; en un instant tous les enfants de la ville, se joignirent à lui, et crièrent la même chose. Un de ces nègres fâché de cette huée descendit précipitamment de la voiture le sabre à la main, et il alloit en sabrer quelqu’un lorsque par hazard je me trouvai près de lui. Je l’engageai a ne pas se fâcher de cette mauvaise plaisanterie faite par des enfants; il se calma; et remonta dans sa voiture, qui ne fut plus suivie des enfants, qui craignoient les coups de sabre de ces diables qui n’avoient pas envie de rire.

Les Amis de Bonneval


[Accueil][Qui sommes-nous.?][Actualités][Documents][Liens][Contact]

Copyright (c) 2011 Les Amis de Bonneval. Tous droits réservés.